mardi 20 septembre 2016

Focus : Léa Silhol

De manière général je ne fais pas beaucoup d'articles "spéciaux" sur mon blog. Je l'ai créé pour garder une trace de mes lectures et c'est ce que je fais, parfois avec un peu plus de détails, parfois avec un peu moins et toujours avec pas mal de fautes d’orthographe et de grammaire (malgré toute ma bonne volonté la langue française à l'écrit ne se laisse pas dompté).

Mais de temps à autre il me prend l'envie de tenter quelque chose, j'ai donc décidé, au grès de mes envies, de proposer de petit focus sur certains auteurs qui me plaisent beaucoup et dont je pense que vous devriez les lire; au moins pour voir si à vous aussi ils pourraient vous plaire.

Une petite tempête dans un verre d'eau a secoué il y a peu la blogosphère SF sur le rôle du blogueur. Certains auteurs semblant croire que le blogueur était là pour assurer leurs promotions, Lhisbei a donné une réponse claire et que je partage sur son blog : en résumé simplifié "je suis sur mon blog chez moi et je fais ce que je veux !"

Ceci étant dit, j'ai lu aussi ces derniers temps plusieurs éditos / coup de gueule / poste de blog mettant en évidence l'équation simple : un auteur pour continuer à écrire (dessiner / produire / etc.) doit pouvoir gagner quelque chose (c'est le cas dans l'édito de Comics Box de ce mois, c'est ce que dit Bellamy, ou encore Léa Silhol de qui il sera question tantôt). Au final l'argument est le même : "si vous aimez un auteur / un illustrateur / une série de comics achetez ce qu'il fait pour qu'il puisse continuer à le faire." Auquel certains ajoutent : "et faites le avant que ce dernier arrête, après il sera trop tard pour venir lui dire que vous ne trouvez plus ses œuvres".

Les focus que je souhaites faire sont donc à la fois une manière de donner un coup de projecteur sur un auteur que j'aime, mais aussi un acte un peu militant (et égoïste) pour essayer de vous donnez envie de découvrir un auteur que j'aime pour qu'à votre tour vous l'aimiez (ou pas...)

Pour ce premier focus j'ai décidé de vous parler de Léa Silhol. Une auteure qui a pour moi une double importance. Elle a été une des éditrices de feu les éditions Oxymore dont les ouvrages m'ont fait découvrir nombre d'auteurs devenus aujourd'hui centraux dans les littératures de l'imaginaire francophones aujourd'hui (Jean-Philipe Jaworski et Mélanie Fazi, par exemple), mais m'ont également donné goût à la nouvelle.

Mais après, ou avant c'est selon, d'avoir été éditrice, Léa Silhol est aussi auteure. Une auteur qui commence à publier au début de ce siècle et qui, après une (trop longue) éclipse entre 2008 et 2014, s'est remise à être publiée depuis 2015. Ce qui a changé, c'est que pour garder son indépendance et maintenir son intégrité, elle a décidé d'être publiée par Nitchevo Factory, une structure dédiée a apporter soutient aux artistes la formant et dont l'édition est seulement une de ses activités.

Ses ouvrages sont publiés via une plateforme d'impression à la demande ce qui implique, bien que cette dernière livre les libraires, que les livres sont moins présent sur les étals des libraires et donc du coup souffre d'un manque de visibilité.

Cela étant dit qu'est ce que Léa Silhol écrit et pourquoi je trouve cela bien ?

Et bien, elle écrit de la Fantasy au sens large : ré-écritures de mythes et légendes, Urban Fantasy, Réalisme Magique, etc. Elle écrit d'ailleurs admirablement bien. Pour moi elle a son meilleurs niveau lorsqu'elle écrit des nouvelles, là où son écriture riche et précise frappe le plus fort. Mais j'aime aussi ses romans, même si certains lui reprochent un style trop chargé (à titre personnel, je trouve que ces derniers romans parus sont plus agréable de ce côté là).

Elle développe surtout un univers commun, qui a comme nom officiellement officieux "La Trame". Tout est lié chez Léa Silhol et chaque histoire, chaque personnage, chaque événement, trouve une place sur une trame plus large.

Là où le lecteur potentiel pourrait craindre de tomber, sans le vouloir, sur des ouvrages auxquels il ne comprend rien, chaque livre est en fait une porte d'entrée possible dans "La Trame" qui se tient seul. La lecture d'autres livres venant donner plus de profondeur à l'ensemble.

Dans sa bibliographie je vous propose une petite liste de ce qui est actuellement disponible avec le lien vers ma chronique, le pourquoi / pourquoi il faut le lire et un lien vers le grand géant où le lecteur peut se procurer l'ouvrage.

Conte de la Tisseuse : la ré-édition de son premier recueil de nouvelles. Une ré-écriture de contes, légendes et mythes qui est un vrai bonheur à la lecture. C'est sans doute la porte d'entrée royale pour découvrir Léa Silhol, à conseiller avant tous aux fans de nouvelles et de Fantasy. (A noté que l'édition collector diffère de l'édition normal pour sa couverture rigide et par une petite série de portraits de créatures féeriques jamais auparavant publié, à réservé aux fans ou aux amoureux des couvertures rigides).

Sacra vol. 1 et Sacra vol. 2 : deux recueils de nouvelles qui se répondent, proposant quelques nouvelles déjà parues au part avant et beaucoup d'inédits. A leur actuel, c'est pour moi les deux meilleurs recueils publiés par l'auteure. Les différents textes oscillent entre de la Fantasy, avec une version fantastique de Venise, et de la Fantasy Urbaine. Si vous aimez les nouvelles, les rélfexions sur l'art, Venise et la Fantasy Urbaine (urbaine par romance, attention) ces deux recueils sont fait pour vous.

Possession Point : un roman d'Urban Fantasy en forme de road movie. Se déroulant à notre époque, le roman narre la lute d'un gang de Fays perdus dans notre monde qui les rejette et les craint et cherchant la mythique cité de Frontière qui pourrait devenir leur havre. Un roman pour ceux qui aime l'Urban Fantasy.

Sous le Lierre : un gros roman presque plus proche de la littérature blanche (du Réalisme Magique par certain aspect) que de la Fantasy qui se lit comme l'histoire de la rébellion d'une jeune fille au caractère bien trempé face aux traditions anciennes de son petit coin d'Angleterre. Se passant au début du XXe siècle, le roman parlera à ceux qui aiment leur Fantasy légère, les récits de passage de l'adolescence à la vie d’adulte et les traditions païennes liées à la Nature.

La Sève et le Givre : premier roman publié de Silhol, premier tome d'une trilogie pour l'heure inachevée (mais qui dans mes souvenirs se tient tous seul) et seul ouvrage disponible en poche (chez Point Fantasy), ce roman, que j'ai lu bien avant d'avoir un blog, est de la Fantasy féerique qui retrace un conflit entre les cours d'ombre et de lumière. Un roman fait pour ceux qui aime la Fantasy féerique et l'écriture riche et "vénéneuse" (pour citer le quatrième de couverture.

Voila terminer le tour des ouvrages disponibles de Léa Silhol. J'espère vous avoir donner l'envie d'en prendre un et de le lire.

Dans tous les cas n'oubliez pas que ce qui compte c'est d'y prendre plaisir.







2 commentaires:

Vert a dit…

Faut que je me replonge dans son oeuvre. Tu me conseille lequel pour commencer (à part la Tisseuse que j'ai déjà dans une ancienne édition) ?

Cédric Jeanneret a dit…

Cela dépend, mais, pour moi, si tu veux un roman prend "Possession Point", si tu veux des nouvelles prend Sacra tome 1 (puis ensuite Sacra tome 2).