jeudi 1 novembre 2012

D'une rive à l'autre

Recueillant toutes les nouvelles de Mathieu Gaborit parue à ce jour, D'une rive à l'autre propose au lecteur de se plonger dans les univers de ce romancier à l'imagination crépusculaire.

Aimant bien ce dernier, j'avais déjà lu la plupart des nouvelles. De manière générale, elles sont agréables à lire, mais leur niveau d'écriture de celles-ci s'améliorent dans les nouvelles les plus récentes. Le recueil est également, à mon avis, plutôt à réserver à ceux qui connaissent déjà les univers (et notamment ceux d'Agone et des Féals) de l'auteur. Le recueil est complété par une interview intéressante de l'auteur.

Au niveau du contenu, l'ouvrage propose des nouvelles variées. Sans rentrer dans le détail de chacune (le sommaire est disponible sur le site de l'éditeur), j'ai particulièrement apprécié :

"Naissances", une nouvelle dans l'univers des Féals, la plus récente et, d'après moi, la plus aboutie. Le lecteur suit la traque menée par une femme qui à tous perdu et qui lutte contre le néant qui menace de tout engloutir.

"Le Vitrail de jouvence", une autre nouvelle dans l'univers des Féals, qui réunit les thèmes cher à Gaborit de la magie et de l'artisanat autour des pouvoirs d'un vitrail particulièrement puissant.

"Mime" est une nouvelle se déroulant de nos jours et qui met en évidence, via le fantastique, la déshumanisation de nos sociétés. Une très bonne surprise.

Un recueil donc au final intéressant, mais qui je pense plaira avant tous au personne déjà famillière de l'imaginaire de l'auteur.




3 commentaires:

Lorhkan a dit…

Ça me tente car Gaborit est souvent cité en exemple pour son imaginaire très développé.
Ceci dit, n'ayant lu aucune des oeuvres de l'auteur (je possède l'intégrale des Féals, pas encore lue), ce recueil attendra un peu...

Xapur LeMystique a dit…

Ah il est dans ma PAL celui-là...

Cédric Jeanneret a dit…

franchement je commencerai plutôt par un autre de ses romans que par le recueil. Je pense que certaines nouvelles ne s’apprécient vraiment que lorsqu'on connait les univers dans lesquelles elles se déroulent.