dimanche 14 février 2010

Steampunk

Steampunk, sous-titré l'esthétique rétro-futur, est un essai proposant un historique et une analyse de ce genre caractérisé par un dix-neuvième siècle où le progrès a été plus rapide que dans notre histoire et où les machines à vapeur et les ordinateurs à pistons sont choses courantes.

L'ouvrage, richement illustré, présente un historique du Steampunk depuis les œuvres précurseurs jusqu'à celles parus en 2010. Il discute aussi bien des œuvres littéraires, comme des jeux de rôle (GN, sur tables ou d'ordinateur), des films et séries, des illustrations, des bandes dessinées ou de la musique. Comme beaucoup de tentative de circoncision d'un genre, Steampunk s'intéresse également aux genres proches et à l'extension du Steampunk au début du vingtième siècle et aux siècles précédant le XIXe. Il discute également des œuvres de rétro-futur; pas totalement du Steampunk mais proche car touchant des moments de l'histoire ou le futur est arrivé plus tôt.

Si, historique du genre oblige, l'ouvrage se concentre avant tous sur les œuvres anglo-saxonnes, mais propose également des chapitres concernant les mangas et animes japonais, ainsi que les œuvres francophones.

Steampunk est un livre intéressant que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire et qui m'a appris de nombreuses choses sur le Steampunk. Ceci étant dit, j'aimerai néanmoins conclure par trois critiques : une grave, un ennuyeuse et une accessoire. La grave tout d'abord, j'ai détecté quelques imprécisions dans les dates, la plus grave étant, dans la partie historique, un jeu de rôle présentant comme parus dans les années quatre-vingt, alors qu'il est en réalité paru au milieu des années deux milles. Le problème est que si il y a une erreur de ce genre, quelles autres erreurs de même magnitudes que je n'ai pu voir sont présentes ?

L'ennuyeuse ensuite, de nombreux œuvres sont présentées dans le texte, mais le livre manque d'une bibliographie des œuvres importantes du genre qui permettrait au lecteur curieux de pouvoir poursuivre son exploration du genre. Finalement, et c'est accessoire, je regrette un peu le fait que si l'auteur parle de l'espace anglo-saxon, du Japon et de la France, rien n'est dit des autres langues, et si c'est parfaitement compréhensible cela donne sans doute une image tronquée de l'importance du Steampunk dans la littérature.

2 commentaires:

Gromovar a dit…

Voila qui m'intéresse bien malgré les erreurs dont tu parles.

Cédric Jeanneret a dit…

j'ai quand même pris beaucoup de plaisir à le lire, et puis il faut bien le dire que ce genre d'ouvrages ne court, malheureusement, pas les rayons des librairies.