jeudi 12 juin 2014

The Wolves of Midwinter

En m’attaquant, en version audio, au dernier roman de Anne Rice, The Wolves of Midwinter, je savais que j’allais lire un texte moyen (surtout après avoir déjà lu le premier tome de la série) ; la réalité fut bien pire.

Au niveau de l’histoire, le second tome débute là où le premier s’arrêtait : Reuben connait maintenant l’origine de sa lycanthropie, il vit avec les autres lycanthropes dans la grande demeure qu’il a hérité et Noël approche. Le roman se centre sur plusieurs intrigues qui sont peu à peu résolue : un fantôme, la présence du peuple de la forêt (de puissant esprit), le fait que Reuben sera bientôt père, la transformation de Laura (sa petite-amie) en lycanthrope, la grande fête de Noël et les traditions, plus intimes, des lycanthropes, la vie de couple de ses parents et son frère.

The Wolves of Midwinter est bien écrit et le lecteur fait un bon travail pour en rendre l’écriture et le rythme. Ceci étant dit, c’est à peu près la seule qualité du roman. Les intrigues se déroulent avec une extrême lenteur et se résolvent d’elles-mêmes sans que les agissements des personnages semblent avoir prise sur elles (et en plus elles se résolvent de manières positives). Des enjeux plus grands (l’existence d’autres types d’immortelles) sont entrevus mais pas exploités ni expliqués. Finalement, Reuben (le personnage focale et principal du roman) est un Marty Stu en puissance qui passe sont temps à se demander quel est le sens de sa vie alors que l’univers conspire pour tous lui donner sur un plateau.

Bref, même si je suis plutôt bon public, The Wolves of Midwinter est un roman à fuir.

Lu dans le cadre du challenge SFFF au féminin

http://ledragongalactique.blogspot.ch/2014/03/challenge-sfff-au-feminin.html?showComment=1394271167545#c7928591275848414423

2 commentaires:

Alys a dit…

Hey!
Je ne l'ai pas trouvé très bon mais pas non plus à fuir; en fait, après Le Don du loup que j'avais trouvé nullissime, c'était un peu un soulagement que le livre ne me tombe pas des mains. J'ai trouvé l'ambiance de Noël très efficace et l'apparition des fantômes/esprits plus réussie que celle des loups-garous. Le tout reste cependant très dispensable et je ne suis pas sure que je lirai un éventuel troisième volet...

Cédric Jeanneret a dit…

Franchement je crois que si je ne l'avais pas lu en version audio je l'aurais laisser tomber avant la fin.

Maintenant comme je suis profondément maso, et qu'il semble que le troisième tome sera le dernier, je le lirai probablement en espérant une histoire plus halétante et moins "catho-bourgeois".