lundi 10 janvier 2011

La Horde du Contrevent

Si la taille, près de 700 pages de La Horde du Contrevent peut sembler rédhibitoire à certain, son histoire et son imaginaire valent le détours. Un monde construit par le vent : l'eau, la roche, le feu, la vie ne sont que des formes de vent plus ou moins ralenti.

Dans ce monde particulier, l'Hordre s'est donné comme mission de découvrir, en partant de l'extreme-aval, la source des vents : l'extreme-amont. Pour cela, à intervalle régulier, une compagnie d'hommes et de femmes surentrainés dès leur plus jeune âge sont envoyés à pieds pour une longue errance en direction de l'extreme-amont. La horde, car c'est leur nom, devra affronter des vents capable de raser des villages entiers, elle devra également faire face aux chrones, des créatures de vent capable de courber le temps ou de modifier la matière.

Ce roman chorale, dans le sens premier du terme (l'histoire est comptée par les différents membres de la Horde), est impressionnant de maitrise et d'imaginitivité. C'est une lecture initiatique et poétique. Le roman souffre néanmoins parfois de quelques longueurs et la multiplicité des personnages est au début déroutante. Mais ce n'est pas cela qui m'a le plus dérangé, c'est plutôt une chute qui, si elle est originale, m'est apparue évidente assez rapidement dans le récit, ce sont aussi des personnages qui, malgré trente ans passés ensemble et un objectif titanesque à atteindre, sont capables de garder par dévers eux des secrets de premières importances. Nonobstant ces quelques réserves, La Horde du Contrevent est un roman extraordinaire que tout amateur devrait prendre le temps de lire.

4 commentaires:

Guillaume44 a dit…

Pas du tout aimé ^^ Jamais réussi à le lire en entier, j'en ai parcouru de nombreux tronçons sans jamais accrocher au début non plus. Trop de vent pour moi ^^

Val a dit…

C'est un de mes livres préférés !

Cédric Jeanneret a dit…

Je peux comprendre, c'est assez particulier comme imaginaire et comme écriture. Le parti pris d'en faire un pavé n'aident pas non plus forcément.

Acr0 a dit…

Je ne l'ai jamais chroniqué, ne sachant pas trouver les mots. Mais ce livre est à lire ABSOLUMENT... en se laissant porter par le vent :)