mardi 3 janvier 2017

La chute de la maison aux flèches d'argent

Premier livre de Aliette de Bodard que je lis, en VO (l'auteure est française mais écrit en anglais), La chute de la maison aux flèches d'argent est un roman d'Urban Fantasy apocalyptique se déroulant à Paris.

Dans un monde qui aurait pu être le notre, mais où la magie est une réalité et où, de temps à autre, des anges déchus tombent du ciel (sans souvenir précis des raisons de leur chute, imbus de magie et ne pouvant mourir de vieillesse), les conflits dans le monde magique ont détruit, au début du vingtième siècle, le monde tel que nous le connaissions. Paris est en partie en ruine, avec peu de contact avec le reste du monde (les trajets sont longs, périlleux et impossible à réaliser, la Seine est gorgée de magie mauvaise qui la rend dangereuse. La ville est sous le contrôle des grandes maisons, institutions mises en place il y a longtemps par le premier des déchus (et disparu depuis vingt ans) Morningstar. Ce sont elles qui se sont fait la guerre il y a soixante ans et presque détruit Paris. Aujourd'hui l'équilibre entre les maisons est précaire.

C'est dans ce contexte que la rencontre entre Isabelle, un ange qui vient de choir, et Philippe, un immortel asiatique en disgrâce bloqué à Paris (une créature que les anges déchus ne connaissent pas) et leurs "prise en charge" par la maison aux flèche d'argent, la maison qui était commandée directement par Morningstar, va déclencher un enchainement d'évènement qui mettront en danger l'existence même de la maison.

Construit à la fois autours de plusieurs personnages clefs et autours de la découverte du Paris dévasté, ou en tous cas de l'histoire de la ville, La chute de la maison aux flèches d'argent est un excellent roman d'Urban Fantasy apocalyptique. La suite (dans le sens de ce qui vient après) sortant, en anglais, en avril prochain, c'est une lecture que je ferais avec plaisir.

4 commentaires:

Vert a dit…

Intriguant, j'y jetterais peut-être un oeil...

Lhisbei a dit…

Idem.

Cédric Jeanneret a dit…

Je pense que cela en vaut la peine.

Lune a dit…

L'apocalyptique me donne envie de me pencher dessus, bien plus que l'Urban Fantasy (tu me connais...)