jeudi 28 novembre 2013

Angle Mort 9

Le numéro 9 de la revue Angle Mort est paru il y a peu. Le principe est simple : un édito et des nouvelles qui se dévoilent peu à peu sur le site du mag, et qui peuvent se lire gratis en ligne, et une version e payante, mais pas cher, qui permet de tout à voir d'un coup avec des interviews des auteurs en bonus.

Le  numéro 9 est spécial car c'est le dernier avec l'équipe rédactionnel du début. On peut donc trouver dans ce numéro.

Un édito signé Sébastien Cevey et Laurent Queyssi qui discute de l'évolution de l'édition à l'heure d'Internet : fan-fiction, Amazon, personnages fictifs présent sur le Net... Un très bon édito (comme toujours) qui montre plusieurs facette de la manière dont le Net et les technologies permettent une évolution de la manière de créer de la littérature.

"Daltharee" de Jeffrey Ford suit un scientifique qui étudie une ville miniature mise en bouteille (avec des habitants vivants). La nouvelle suit le scientifique de ses premières études, en suivant l'arrivée du créateur de la ville qui la rejoint, jusqu'au moment où ce type de ville est partout, sous forme de minuscules poussières. Une nouvelle intrigante.

"Le chant des baleines" de Stéphane Croenne narre l'attente d'un homme dans la salle d'attente du médecin qui doit lui implanter un appareil l’empêchant d'avoir des relations sexuelles. Le tout dans un monde très religieux, et donc très contrôler, et où la médecine est un mélange d'ancien et de nouveau : pas d’anesthésie, par exemple...

"Christiana" de Laurent Kloetzer est l'histoire d'un homme qui croise une femme presque nu dans le métro et de sa relation étrange avec lui. Une nouvelle assez bizarre qui parle autant du fantasme que de la vie d'entreprise. Personnellement je l'ai trouvé assez futile.

"Tu es là ?" de Jack Skillingstead est un techno-thriller. Dans le futur un flic privé (payé par un quartier pour y travailler) enquête sur les morts sanglantes de sans-abris par ce qui ressemble fort à un nouveau Jack l'éventreur. Son enquête le ferra rentrer en possession d'un objet stockant la mémoire d'un défunt. Une longue nouvelle qui traite également de la solitude et des nouvelles technologies de communication.

Si j'aime beaucoup, et que je soutient, Angle Mort, force m'est de constater que ce que je préfère dans la revue ce sont les éditos. Le changement d'équipe rédactionnelle pour les prochains numéros me laissent donc triste pour la disparition de ceux qui en ont écrit neuf excellents,  et plein d'espoirs pour un changement dans le choix des nouvelles vers des textes qui me conviendront mieux.

Rentre dans le cadre du challenge nouvelles et novellas.

2 commentaires:

Line Marion a dit…

Bonjour,
ayant eu l'occasion de découvrir Angle mort récemment, je suis d'accord avec vous, l'édito est bien, mais c'est aussi parce qu'ils ont un sens critique aiguisé. Pour la même raison ils choisissent des bons textes, car les nouvelles sont vraiment de qualité je trouve (je pense notamment au vertigineux "chant des baleines" de stéphane croenne), vous ne pouvez pas il me semble réduire angle mort à son édito (je suis partiale, j'avoue, je défends la microédition qui essaie de se battre avec intelligence et originalité !)
L. M.

Cédric Jeanneret a dit…

Oh je soutiens aussi la microédition (la preuve j'achète mon Angle Mort), mais je dois avouer que je ne partage pas les gouts des éditeurs en ce qui concerne les textes de S&F. D'où le fait que, pour moi, le plus intéressant de cette revue se sont les éditos, les autres textes c'est "moins ma came"