dimanche 8 avril 2012

Les Harpistes de Pern I


Suite à la mort, en novembre dernier, de l'auteure Anne McCaffrey Traqueur Stellaire a proposé un challenge McCaffrey; cela me semble une bonne opportunité pour redécouvrir certains des romans qui ont bercé mon adolescence.

La Ballade de Pern a été un cycle que j'ai adoré lire. La planète de Pern est dans un système solaire possédant une planète à l'orbite erratique qui, tous les deux cent ans, s'approche de Pern et fait pleuvoir sur elle des filaments (fils) qui dévorent tout vie. Afin de se protéger, les habitants vivent dans des forts creusés dans les montagnes et font confiance aux dragons et leurs chevaliers qui développent un lien télépathique et empathique fort pour les protéger en détruisant les fils lors de leur chute. Les dragons possèdent le pouvoir de se téléporter quasi instantanément en tous points de la planète.

Plusieurs de mes ouvrages favoris de la Ballade de Pern ne font pas directement partie du cycle principal, mais sont consacrés aux harpistes. Les différents artisans de Pern sont en effet réunis en "guilde", celle des harpistes est assez importantes dans l'univers de Pern. En plus d'être les gardiens de l'histoire et des traditions de Pern, les harpistes sont aussi un moteur important de changement et de récolte d'information. Quatre ouvrages leurs sont consacrés : Dragonsong et Dragonsinger sont les deux premier de cette tétralogie. Ces romans se déroulent tous en parallèle/marge de l'histoire principal et, bien que pouvant être lu de manière indépendante, la compréhension de événements forgeant le destin de Pern ne peut se faire qu'en connaissant les romans composant "le cycle principal".

Ils suivent l'histoire de Menoly. Une adolescente originaire d'un fort maritime très traditionnel. Douée pour la musique, ses parents lui interdisent d'en jouer à la mort du vielle harpiste du fort. Alors qu'une bonne partie des harpistes de Pern la cherche pour son talent, Menoly se cache, d'abord dans son fort, puis à l'extérieur croyant son talent une honte pour ses parents et son fort. Dans sa fuite, elle imprègne neuf lézards-de-feu (les "petits-cousins" des dragons que tous croyaient être une légende, nouvellement ré-découverts et qui sont recherché par tous le "gratin" de la planète).

Découverte, Menoly débute sa formation de harpiste dans un environnement nouveau pour elle. Nouvelle tête, une fille avec neuf lézards-de-feu en plus, Menoly a fort à faire pour se faire une place et construire son futur....

Dragonsong et Dragonsinger sont mes deux romans préférés de la Ballade de Pern, les relire a confirmé mes bonnes impressions adolescentes. Ces deux romans se lisent vite et sont prévus pour un public de "young adults". Néanmoins, la tendresse que j'ai pour ces romans, ne peut m’empêcher de voir les parti pris des romans : une ado mal dans sa peau mais extrêmement douée. Ici ce n'est pas le dur labeur qui est mis en avant mais le talent qui met l'individu au dessus des autres.. Cela parlera sans doute à certains ados (ce fut en partie mon cas) mais le message donné n'est peut-être pas celui qui me semble le plus approprié.

Lu dans le cadre du challenge Anne McCaffrey
 

3 commentaires:

Calenwen a dit…

C'est marrant, les deux tomes sur Menolly sont aussi mes favoris de la saga (je les ai lu au bon âge pour ^^), je les ai souvent relu en diagonale en passant à la bibliothèque.

Ca a un peu conditionné le fait que je vois Pern comme une saga toute gentille, alors que c'est pas franchement le cas dans les premiers tomes xD

lael a dit…

j'ai pas grand souvenir des harpistes perso... a part je crois que c'est là qu'il y a une jeune fille qui se fait battre par son père à coup de ceinture, ce qui m'avait marqué :(

sinon les couvertures anglaises sont vachement belle !!

Cédric Jeanneret a dit…

c'est bien cette histoire là.

Au final on est tous marqué par certaines histoires et pas par d'autres.

Mais c'est peut-être l'occasion de les relire ;) Ces deux romans se lisent vites....