samedi 20 août 2011

METAtropolis

METAtropolis est un recueil de nouvelles par plusieurs auteurs dans un monde partagé. Conçu à la base pour être proposé en livre audio, le recueil est également disponible en version écrite.

Le monde de METAtropolis est le notre d'ici quelques décennies alors que l'augmentation des prix de l'énergie et les désastres écologiques aient profondément modifiés notre vie quotidienne. Dans ce nouveau monde, les États traditionnels ont perdu une grande partie de leur pouvoir au profit de cité-état (ou de regroupement de cité-état) et les disparités entre habitants de cités à la pointe de la technologie et de cité ou région moins favorisées sont grandes. Le recueil centre ses histoires sur les villes et ne s’intéressent pas aux campagnes peu peuplées.

La première nouvelle, In the Forests of the Night de Jay Lake, narre la fin de la ville de Cascadiopolis, une ville, en partie souterraine, créée par des Nerds. Loin d'être une utopie à la gloire de Star-Trek, s'est avant tous une cité semi-utopique basée sur le développement de nouvelles technologies verte. Un jour un homme, Tyger, se présente au porte de la ville. Il semble être le héraut de sa destruction. C'est probablement la moins bonne nouvelle du recueille, elle laisse beaucoup de question sans réponse.

Stochasti-city de Tobias S. Buckell se passe à Denver, un videur se retrouve pris dans l'organisation de protestation à grande échelle dans le but de reconvertir un gratte-ciel en bâtiment écologique et auto-suffisent. Une nouvelle très sympathique.

The Red in the Sky is Our Blood de Elizabeth Bear se déroule également à Denver, une jeune femme ayant fuit un parrain de la mafia est contacté par de mystérieuses personnes afin d'organiser une filière de fuite pour enfant en Europe de l'Est. Avant d'accepter, ils l'emmène visiter une communauté bâtie sur le développement durable et l'entraide. Une société à visage humain. Une nouvelle présentant une autre manière de faire fonctionner une société; peut-être utopique mais la réflexion est intéressante.

Utere Nihil Non Extra Quiritationem Suis de John Scalzi est probablement la meilleure nouvelle du recueil. Elle s'attache aux pas d'un jeune homme un peu glandeur dans la cité prospère mais fermée de New St Louis. Après avoir passé son test d'aptitude, il se retrouve à travailler dans un élevage de porc et se retrouve, bien malgré lui, au premier plan alors que la cité se fait attaquer. Une plongée dans la "ville du futur".

To Hie from Far Cilenia de Karl Schroeder débute en Europe et lance un enquêteur spécialisé dans les matériaux radioactif sur les traces d'un trafic de plutonium et d'une mystérieuse cité nommée Cilenia. L'autre excellente nouvelle de ce recueil; elle propose à la fois une réflexion sur le leg atomique du passé (notre présent) et sur le développement de société virtuel grâce aux technologies de l'information et à la réalité augmentée.

Au final, ce recueil propose une réflexion intéressante sur ce que pourrait devenir nos sociétés dans un futur pas trop lointain. Les textes sont lus par des lecteurs expérimentés et certains acteurs de la série Battlestar Galactica, ce qui donne un très bon rendu.


2 commentaires:

Tigger Lilly a dit…

Han, dommage que je ne suis pas parfaite bilingue. Peut-être qu'un jour ils le traduiront en français ?

Pour le challenge, il ratisse large, donc c'est bon ^^ Je préfère ça que de passer mon temps à me demander si tel ou tel bouquin convient bien au challenge et devoir dire aux gens "ha oui mais non, en fait ça va pas le faire".

Cédric Jeanneret a dit…

il a été traduit en allemand...