samedi 23 juillet 2011

Wireless

Première lecture de Charles Stross, un auteur anglais, son recueil Wireless me fait à peu près le même effet que la première lecture de China Mieville. En effet, même manière très riche (entendant complexe) d'écrire, mais imagination prenant parfois la tangent (et de manière pas toujours euclidienne)... La comparaison m'est venu quasi immédiatement. Pourtant China Mieville m'avait fait un peu plus d'effet; sans doute le fait que ce dernier écrit plus du fantastique/fantasy là où Stross fait plus dans la SF.

Alors au menu de ce sympathique recueil on trouve :
  • Missil Gap une novella qui revisite la guerre froide : l'intégralité de l'humanité a été transporté dans un autre recoin de notre galaxie sur une gigantesque structure plate. Le lecteur suit des protagonistes des deux camps qui tentent de comprendre ce qui c'est passé. Très surprenant, la fin m'a paru un peu abscons.
  • Rogue Farm : une terre futuriste avec modification génétique et tous et tous, un fermier et sa femme confronté à l'arrivée d'une entité composite qui veut s'installer pour préparer son départ vers les étoiles.... C'est sympatoche et bizarre sans plus.
  • A colder war est une des grandes réussite du recueil. Un ensemble d'investigations des services secrets américains qui révèlent les différentes manigances de l'URSS qui cache sur le site de Tchernobyle l'entité endormie K-Thulhu. Une ambiance de fin du monde et d'horreur lovecraftienne très bien montée.
  • MAXOS une très courte nouvelle : ou quand l'humanité reçoit un spam cosmique....
  • Down on the Farm est une enquête de Bob Howard, le héros du Bureau des atrocités. Ce fonctionnaire britannique travaille pour une organisation qui gère le para-normal aux Royaumes Unis. C'est du Lovecraft décomplexé avec une grosse touche d'humour british. Dans cette nouvelle, il se rend dans un asile où se reposent les anciens de l'organisation. L'ordinateur qui gère le complexe semble avoir des ratés. Super sympa, la nouvelle m'a donné envie de lire les romans.
  • Unwirer est une uchronie écrite avec Cory Doctorow dans laquelle l'Amérique du Nord a rendu illégal l'Internet et les réseaux libre. C'est sympa mais, comme souvent avec Doctorow, j'ai le sentiment que la fiction cache mal des idées qui seraient mieux développée en textes argumentatifs.
  • Snowball's Chance est une histoire de pacte avec le diable dans une Angleterre ravagée par les changements climatiques : fort sympathique.
  • Trunk and Disorderly est sensée être une nouvelle comique : pour dire elle m'a fait tant rire que je l'ai abandonée après dix pages...
  • Palimpsest est la vraie raison pour laquelle j'ai acheté ce recueil. Le lecteur suit l'histoire d'un agent de la STASIS une organisation qui veille à la survie de la race humaine. Pour cela elle utilise le voyage temporelle afin de ré-écrire continuellement l'histoire humaine et procède à de lourd travaux d’ingénierie cosmique pour rendre la terre viable à long terme. La novella fait instantanément pensé à La fin d'éternité d'Asimov tant par son thème que l'organisation qu'elle met en place. Et on y retrouve les mêmes éléments : un agent manipulé de tout part, une organisation surpuissante qui perd sa voie, le choix entre contrôle du temps et contrôle de l'espace, etc. Palimpsest est sans doute un peu moins lisible que le roman d'Asimov mais contient plus de ré-écriture du passé et d'itérations différentes des personnages. Une réussite dans tous les cas.
Un recueil au final très surprenant qui mérite amplement sa lecture.

4 commentaires:

Alias a dit…

Les romans du Bureau des Atrocités sont juste grandioses.

De Stross, je recommande aussi chaudement son roman Halting State (dont la suite, Rule 34, vient de sortir); beaucoup moins Accelerando, roman transhumaniste très décousu (mais dispo gratos).

Cédric Jeanneret a dit…

le premier de la série "Bureau des Atrocités" est sur ma pile à lire (merci la bibliothèque).

Je jetterai sans doute un des ces quatre un coup d’œil à Halting State.

Merci pour le tuyau.

fruity101079 a dit…

je ne l'ai pas trouvé en francais... dommage

Cédric Jeanneret a dit…

@ fruity101079 le recueil n'est pas traduit, mais la novella Palimpseste oui, sous le même titre, chez J'ai Lu dans la collection Nouveau Millénaire.