vendredi 9 octobre 2009

Generation X

Generation X de Douglas Coupland est considéré par beaucoup comme un roman majeur de la littérature anglo-saxonne. Il dépeint la première génération née après le baby boom (soit dans les années 60 et 70).

Le roman se déroule en Californie à la fin des années quatre-vingt et suit la vie de trois jeunes adultes (deux garçons et une fille entre 20 et 30 ans) vivant de petits boulots et refusant d'entrer dans le système. Le roman, écrit à la première personne par l'un des garçons, suit le parcours de ces membres typiques de la génération x qui oscille entre désenchantement, froide et quasi-cynique lucidité, envie de liberté et marginalisation. Le récit est émaillé d'histoires qu'ils se racontent et qui sont des plongées métaphoriques dans les rêves et aspiration de cette génération.

Au niveau inter-textuelle les bas de pages du roman présente des définitions et des dessins expliquant cette génération. En voici deux exemples :

"Mental Groud Zero: the location where one visualizes oneself during the dropping of the atomic bomb; frequently, a shopping mall."

"Strangelove reproduction: Having children to make up for the fact that one no longer believes in the future."

Je n'ai pas aimé ce roman. S'il m'a parfois arraché quelques sourires et que pas mal des définitions proposées en bas de page visent assez juste, j'ai trouvé le portrait brossé de la génération X (à laquelle j'appartiens bien que je sois nés à la fin des années 70) très déprimante. Bien que la génération X soit souvent considérée comme une génération moins chanceuse que la présidente (arrivée sur le marché du travail à la fin des Trente Glorieuses et ayant moins d'opportunités que la génération précédente), je ne suis pas sur que la vision si pessimiste et désenchantée proposée par Coupland soit la bonne. Un roman culte et célèbre certes, mais qui m'aura laissé de marbre.

3 commentaires:

calepin a dit…

Bizarre cette couverture. Edition anglaise ? américaine ? La couverture de l'édition poche française correspond mieux à l'esprit du roman... mais n'aurait malheureusement pas changé votre appréciation... :)

Gromovar a dit…

Tu es peut-être un poil trop jeune. Je me souviens avoir bien aimé, avec une part d'identification, mais je suis né en 1968 :-)

Cédric Jeanneret a dit…

Il s'agit de la couverture de l'édition américaine.

Gromovar : C'est également ce que je me suis dit, 1979 c'est sans doute déjà la génération suivante, cumulé avec les différences culturelles entre l'Europe et l'Amérique du Nord cela m'éloigne sans doute trop de la vrai génération X pour que l'identification fonctionne.

Mais bon je louche déjà sur son nouveau roman : Génération A, sur la génération née dans les années nonante...