dimanche 27 avril 2008

De Brocéliande en Avalon

De Brocéliande en Avalon est une anthologie proposant des nouvelles réécrivant le mythe arthurien en le plaçant à l'époque contemporaine. La majorité des neuf nouvelles de ce recueil ont été créées spécialement pour l'occasion. Ces nouvelles sont, dans l'ensemble, excellentes et agréables à lire.

"Retour sous le hêtre", de Jean Millemann, voit un écrivain prendre des vacances à Brocéliande et rencontrer une mystérieuse femme qui va peu à peu faire revenir des souvenirs anciens à sa mémoire. Ou quand Merlin et Viviane reviennent au XXIe siècle.

"Lancelot aux enfers", de Adam Roy, est une farce absurde où Lancelot se retrouve propulsé dans notre siècle à la recherche de Guenièvre. Le tout alors que deux agents français, parodies de Mulder et Sculy, mènent l'enquête. Objectivement une bonne nouvelle, personnellement je ne l'ai pas appréciés énormément, la moins bonne du recueil.

"Près du mur", de Deirdre Laurin, propulse l'histoire d'amour de Morgane et d'Arthur dans un futur incertain où deux pays, l'un démocratique, l'autre totalitaire vivent une guerre froide. La situation des deux pays me fait penser aux deux Corées dans laquelle une histoire d'amour improbable, reflet du passé prend place.

"Locataires découpés", de Rachel Tanner, voit une vielle Morgane lutter pour ne pas être expulsé de l'immeuble parisien où elle est locataire. Une nouvelle où apparait Merlin et qui est écrite sur un ton comique.

"Owein", de Nathalie Dau, reprend des personnages moins célèbres de la toile arthurienne et les met face à leur mémoire et leur amour.

"L'île close", de Lionel Davoust, nous mène là où les mythes vivent : sur l'île d'Avalon. Là Arthur et ses chevaliers rejouent sans cesse le mythe. Et pour certains d'entre eux la révolte gronde, ils veulent que cela cessent. Une réflexion sur l'imaginaire humain et sur les variations du mythe arthurien.

"Le quadragénaire et la dame d'argent", de Megan Lindholm, met en contacte un descendant de Merlin et une vendeuse de lingerie travaillant dans un grand magasin. Et soudain la magie opère et le quotidien prend une autre saveur... à moins bien sur que tous cela ne soit que le fruit d'une imagination débordante.

"Fort 53", de Pierre Bordage, rejoue la rencontre ratée entre Perceval et le Graal, sous fond d'une guerre de tranché entre l'Europe chrétienne et le monde musulman. La fin de la guerre est-elle possible ?

"Désaccordé (Tuned in DAGDAD)", de Léa Silhol, pose une nouvelle pièce dans la toile qui éclaire les actions des cours féériques et des anges déchus sous un autre jour tout en étant totalement compréhensible en soi. Perceval, Galhad et Bohort reviennent aujourd'hui, Galhad souhaite vivre sa vie et est devenu un musicien, alors que ses deux compagnons souhaitent reprendre la quête. Sur le coup je suis partiale, j'adore Silhol, mais c'est selon moi la meilleur nouvelle du recueil.

Une bibliographie commentée du mythe arthurien clôt l'anthologie.

3 commentaires:

Alba a dit…

J'ai adoré aussi la nouvelle de Léa Silhol, mais, euh, c'est Galaad qui est devenu musicien et veut abandonner la Quête, pas Perceval. ^^
En tout cas bravo pour cette belle chronique.

Cédric Jeanneret a dit…

oups ! merci pour l'erreur. C'est cela de mélanger les versions du mythe ;)

Alba a dit…

(comme on ne peut apparemment pas t'envoyer de message privé... je poste ça en commentaire, mais n'hésite pas à le supprimer)
Mon compagnon et moi habitons aussi près de Genève et nous avons plus ou moins les mêmes goûts en matière de livres. Si tu as envie de nous contacter, tu peux le faire via mon blog http://surlesfrontieres.blogspot.com/